Du thaler au dollar

Voilà plus d'un siècle que le dollar des Etats-Unis d'Amérique tient la vedette dans les échanges internationaux. Mais c'est en Europe qu'il trouye ses racines, au XVIe siècle, dans le petit village de Joachimsthal, lors de la frappe du thaler.

Parmi toutes les monnaies nationales portant le nom de dollar - dans des pays aussi différents que l'Australie, le Canada, Singapour, Taïwan. le Libéria et de nombreux États des Caraïbes -, le dollar américain occupe une place prépondérante.

DOLLARS METALLIQUES ETRANGERS

1 dollar, Australie, P-42d

Dans ces pays, l'unité monétaire s'appelle le dollar australien, le dollar canadien, etc., et, malgré l'identité de nom, il s'agit de monnaies indépendantes du dollar américain. Elles n'en possèdent pas moins des racines historiques communes, comme c'est également le cas pour le yuan chinois, le yen japonais et le won coréen, qui désignaient à l'origine des monnaies européennes en argent dont l'appellation anglaise était dollar.
A partir de la fin du XIXè siècle, des pièces d'argent frappées en Asie étaient aussi dénommées yuan, yen ou won lorsqu'elles avaient la taille d'un dollar. Si aucun pays européen n'a aujourd'hui le dollar pour monnaie nationale, ce nom n'en est pas moins originaire d'Europe, même si, initialement, il ne faisait pas référence à une unité monétaire particulière.
Le terme «dollar» est apparu pour la première fois dans la langue anglaise au milieu du XVIè siècle. Il servait à désigner toutes les grosses pièces étrangères en argent (d'un poids supérieur ou égal à 28 g et d'un module d'au moins 38 mm). Pour les Anglais, il s'agissait surtout du daalder hispano-hollandais et du daler suédois, bien que ce dernier fût moins répandu. Mais ces deux monnaies descendaient en fait du thaler, unité monétaire des pays germaniques.

GULDENGROSCHEN MONTÉS EN BIJOUX

Depuis le XIVè siècle, des pièces d'or appelées florins circulaient en Autriche et en Allemagne. En 1486, l'archiduc Sigismond de Tyrol (1439-1496) ordonna l'émission d'une grande pièce d'argent, qui fut frappée dans un atelier de Hall, près d'Innsbruck, région où, environ dix ans plus tôt, d'importants gisements de minerais d'argent avaient été découverts. Ces pièces, dont le module était déjà celui du futur thaler, circulèrent tout d'abord dans le Tyrol.
Pour les distinguer des florins (ou gulden) en or, on les appelait « guldengroschen », « grand groschen » et « guldiner ». Mais comme la population privilégiait encore les monnaies d'or, les guldengroschen, qui étaient remarquablement décoratifs, ne furent utilisés pendant plusieurs années qu'en cadeaux ou montés en bijoux.
Les premiers exemplaires montraient au droit l'archiduc arborant toutes ses décorations tandis qu'il figurait au revers en portrait équestre. On raconte qu'en se voyant si bien portraituré, le duc fut tellement satisfait qu'il ordonna qu'on remplît deux seaux avec les pièces afin qu'il pût y plonger ses mains.

PROGRÈS MINIERS

Trente ans plus tard, en 1516, on mit au jour d'importants gisements de minerai d'argent à Joachimsthal (aujourd'hui, Jâchymov), dans les monts Métalliques de Bohême. Vers la fin du XVè siècle. le développement de nouvelles techniques avait fait considérablement évoluer l'exploitation du minerai d'argent. Les mineurs étaient en mesure de forer la roche plus profondément et donc de découvrir des filons auparavant inaccessibles. Grâce aux progrès de la métallurgie, la fonte de minerais moins riches en argent était désormais rentable. Les mines d'or devenant de moins en moins productives, l'exploitation des mines d'argent connut un essor soudain et fournit suffisamment de matière pour le monnayage.
En 1520, le roi de Bohême accorda au comte von Schlick le droit de monnayer les guldengroschen. En un peu moins de huit ans, plus d'un million de pièces sortirent de ses ateliers. Comme elles avaient été produites en grande quantité, elles furent naturellement acceptées et circulèrent dans les pays voisins. On les désignait d'après leur lieu d'origine : Joachimsthaler guldengroschen - guldengroschen de Joachimsthal -, bientôt abrégé en thaler dans le langage populaire.
Ce dernier nom est attesté dès le milieu du XVIè siècle dans des documents officiels. Au cours des trois siècles suivants, c'est un autre thaler d'argent qui  allait occuper le devant de la scène : le thaler (ou daalder) de Philippe. Émises au nom du roi Philippe II (1556-1598), ces monnaies en argent circulèrent dans les Pays-Bas espagnols dès 1557.

L'ARGENT ESPAGNOL EN AMÉRIOUE

Une décennie avant que Philippe II accédât au trône, l'Espagne découvrit des mines d'argent dans ses colonies d'Amérique du Sud récemment conquises. Comme l'importation de minerai d'argent à l'état brut dans la métropole était prohibée, les Espagnols installèrent des ateliers monétaires à Lima (Pérou), dans la ville de Mexico ainsi qu'à Potosi (l'actuelle Bolivie), afin de pouvoir exporter de grandes quantités de pièces d'argent vers l'Espagne. Le pays disposa bientôt de plus d'argent que tous les autres royaumes européens réunis et ses monnaies d'argent circulaient partout en Europe et outre-Atlantique.
Les Espagnols baptisèrent leur thaler d'argent real (et aussi peso) de ocho (pièce de huit). Les thalers d'argent à huit réaux firent également fortune sous le nom Philippines, 1 peso, 1994, P-94de huit réaux, piastres "à colonnes" ou, dans la zone anglophone, sous celui de dollars espagnols.

En 1575, Philippe II inaugura des relations commerciales directes avec la Chine. Les Philippines, découvertes en 1521 par Magellan et baptisées en 1543 en hommage au souverain, constituaient le point d'appui de ce commerce. L éventail des marchandises proposées par la Chine était très vaste : soie, thé ou porcelaine, les produits chinois étaient extrêmement convoités en Occident. Et les Espagnols bénéficiaient de ce que les Chinois préféraient leurs pièces d'argent aux monnaies d'or.

COMMERCE AVEC L'EXTRÊME-ORIENT

Les Espagnols avaient donc tous les atouts en main. Ils pouvaient non seulement se flatter de posséder plus d'argent que tout autre pays européen, mais également de convoyer directement les espèces en argent par la route du Pacifique depuis leurs ateliers d'Amérique latine jusqu'en Chine.
Chaque année, des millions de ces dollars espagnols faisaient ainsi le voyage vers la Chine. Et les Chinois réservaient un si bon accueil à cette monnaie que les tentatives d'autres nations européennes de frapper leurs propres thalers en argent pour commercer avec la Chine furent vouées à l'échec.

LE DOLLAR AMÉRICAIN

Après la guerre de l'Indépendance (1775-1783), cette ancienne colonie anglaise qu'était l'Amérique du Nord rejeta tout ce qui était d'origine britannique.

Etats-Unis, 2 dollars, 1953, P-380aCet ostracisme toucha également la monnaie, qui était basée sur la livre sterling. La création d'une nouvelle monnaie nationale donna lieu à de longues délibérations. Finalement. on convint de prendre le dollar espagnol, que les Américains connaissaient depuis longtemps, comme base de la nouvelle monnaie. La loi monétaire de 1792 définit les conditions de monnayage des dollars en or et en argent, les « billets verts » devant être pour leur part convertibles en ces mêmes métaux précieux.
Le premier dollar en argent fut frappé en 1794. Sa teneur en minerai précieux était inférieure à celle du dollar espagnol. Apprenant que dans certains pays d'Amérique latine ils pouvaient échanger des dollars américains contre des dollars espagnols au taux de 1 contre 1, les spéculateurs flairèrent la bonne aubaine. Ils achetèrent des dollars espagnols et les rapportèrent en Amérique du Nord pour les fondre et fabriquer de nouveaux dollars américains. La haute teneur en argent des dollars espagnols leur assurait un profit considérable.

IMPORTANCE ÉCONOMIOUE CROISSANTE

Ce commerce de la monnaie se poursuivit pendant environ dix ans, jusqu'à ce que les Etats-Unis interrompent le monnayage des dollars. Il fallut attendre 1840 pour qu'apparaissent de nouvelles émissions de dollars en argent. Les pièces en argent espagnoles restèrent en circulation aux Etats-Unis jusqu'en 1857. Avec la prospérité grandissante du pays s'accrut aussi l'influence du dollar américain. Une loi de 1900 en fit une monnaie directement convertible en or, définie par un poids de 1,505 g d'or fin pour un dollar. Cela signifiait que n'importe quel citoyen avait le droit d'échanger à la banque ses dollars-papier ou métaliques contre la quantité d'or correspondante.
Au fil des décennies, la valeur-or du dollar se dégrada jusqu'à ce que les États-Unis suspendent totalement, en 1971, la convertibilité du dollar en or. Pourtant, aujourd'hui encore, dans de nombreux pays dont la balance des paiement est faible,le dollar est souvent préféré à la monnaie nationale.

 

Le Symbole du Dollar

ll existe plusieurs théories expliquant la naissance du « S » barré ($) pour symboliser le dollar. Selon la plus convaincante, ce signe tirerait son origine de la pièce en argent de huit réaux dont l'Espagne fit frapper trois milliards d'exemplaires pour ses possessions d'outre-mer entre 1525 et 1897. On y voyait les deux hémisphères terrestres entre les colonnes d'Hercule, d'où son surnom de « dollar aux colonnes ». L'inscription initiale était : « Nec Plus Ultra » (« Pas plus loin »). Après la découverte du Nouveau Monde, on abandonna le « Nec », si bien que la légende signifiait désormais « Encore plus loin ». Comme on peut le constater sur le dollar aux colonnes en argent de 1745 (à droite), cette devise figurait depuis 1732 sur les drapeaux enroulés en forme de S autour des colonnes, d'où le symbole « $ » de cette monnaie. Une autre explication possible fait  remonter directement ce symbole au signe « 8 », qui représentait la pièce de huit réaux (ocho reales), nom donné par les Espagnols à leur dollar.
Le terme de « dollar » vient de la prononciation déformée du mot « thaler », car les Européens qui émigraient vers le Nouveau Monde se servaient, dans leurs pays, de thalers. Les « daalders » des Pays-Bas proviennent également de la déformation de «thaler».

 pièce de 1 dollar, 1745

Source du texte : Edition Atlas



Pour l'achat de billets de banque de collection, visitez mon site www.monnaiesdumonde-shop.fr

Ce site est le reflet d'une collection personnelle de billets de banque. Il n'a pas de but économique, géopolitique ou historique. Certains billets présentés n’ont plus cours légal dans leur pays d’origine ; certains pays et/ou certaines devises n’existent plus.
La copie du site, de son contenu (même partiel) et la redirection des images sont strictement interdites. © David NISON - 2003 / 2018 - Tous droits réservés